jurisprudence administrative
Partager l'article



assistance à maitrise d’ouvrage et obligation contractuelle de confidentialité

Article rédigé par Alice Agard et Maître Caroline Lesné

Décision Conseil d’Etat, 10 février 2022, 456503

En l’espèce, un CHU de Guadeloupe avait confié une mission d’audit et d’assistance à maitrise d’ouvrage (AMO) à la société d’Audit et de conseil en assurance des organismes publics (Acaop), pour la passation des marchés d’assurance du GHT de Guadeloupe. Le CHU et l’Acaop avaient ainsi lancé une consultation pour des services d’assurance au profit d’un centre hospitalier.

Par la suite, la Sham qui était l’une des candidates à deux des lots a saisi le juge des référés du TA guadeloupéen, lui demandant d’interdire l’accès d’Acaop à l’ensemble des documents déposés par les candidats et de les exclure de la consultation. Elle invoquait des relations étroites du responsable d’Acaop avec l’une des sociétés concurrentes à l’attribution du marché, l’accusant de de partialité dans l’appel d’offres.

Le juge des référés a fait droit à la demande de la Sham et a enjoint au CHU d’interdire l’accès aux documents déposés par les soumissionnaires et suspendre l’analyse des offres.

Le CHU a alors formé un pourvoi en cassation.

La Haute juridiction administrative a donné raison au CHU, au motif que le juge des référés avait commis une erreur de droit. Le Conseil d’Etat a considéré que les relations étroites alléguées du dirigeant de l’Acaop avec une société concurrente ne suffisaient pas par elles-mêmes à caractériser un risque d’atteinte imminente au secret des affaires, dès lors que la société, son dirigeant et ses personnels sont tenus à une obligation contractuelle de confidentialité dans le cadre de leur mission d’assistance au maitre de l’ouvrage pour l’exécution du marché. L’absence de prise en compte de cette obligation de confidentialité par le juge des référés constituait ainsi une erreur de droit.
Le Conseil d’Etat précise toutefois que la requérante pourra faire valoir devant le juge du référé précontractuel tout manquement qu’elle aura relevé aux règles de publicité et de concurrence.

 

ARTICLES EN LIEN

17 Juin: Mineurs victimes de maltraitances : articulation entre devoir de signalement et secret professionnel du médecin

Selon le Conseil d’Etat, le signalement par une médecin de maltraitances au juge des enfants déjà saisi de la situation ne caractérise pas un manquement à son secret professionnel.

15 Juin: Réparation du préjudice d’anxiété en cas d’exposition à l’amiante : précisions du conseil d’état

Dans un avis du 19 avril 2022, le Conseil d’Etat a précisé les modalités de réparation du préjudice d’anxiété résultant d’une exposition à l’amiante.

13 Juin: Etablissements de santé : précisions sur l’étendue de l’obligation d’information du patient 

Dans un arrêt du 11 mai dernier, le Conseil d’Etat a pu rappeler l’obligation d’information du patient incombant aux établissements de santé.

26 Mai: L’obligation vaccinale des professionnels de santé contre la covid-19 s’applique aux professionnels des crèches

Le Conseil d’Etat a clairement posé l’obligation vaccinale pour l’ensemble du personnel de crèche, dans une ordonnance du 25 octobre 2021.

18 Mar: Professionnels de santé libéraux et validité du déconventionnement en urgence

Dans une décision récente, le Conseil d’Etat a validé la procédure de déconventionnement en urgence, prévue par un décret du 27 novembre 2020.

04 Mar: La place des enjeux environnementaux dans la commande publique

La protection de l’environnement prend une place grandissante dans notre société, qu’en est-il de sa place au sein de la commande publique ?