jurisprudence judiciaire
Partager l'article



*


Informations sur la gestion de vos données




inaptitude médicale et reclassement : application dans le temps de la loi “Travail” du 8 août 2016

Article rédigé par Alice Agard et Maître Guillaume Champenois

Cour de cassation, chambre sociale, 11 mai 2022, n°20-20.717

Dans un arrêt en date du 11 mai dernier, la chambre sociale de la Cour de cassation a pu préciser les modalités d’application dans le temps de la loi “Travail” du 8 aout 2016 s’agissant de l’obligation de l’employeur de rechercher un reclassement au salarié déclaré inapte à reprendre son emploi.

La Haute juridiction considère en effet que « l’obligation qui pèse sur l’employeur de rechercher un reclassement au salarié déclaré par le médecin du travail inapte à reprendre l’emploi qu’il occupait précédemment naît à la date de la déclaration d’inaptitude par le médecin du travail ».
Or, puisqu’en l’espèce, « l’inaptitude n’a pas été constatée en application de l’article L. 4624-4 du code du travail, dans sa rédaction issue de la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016, entrée en vigueur postérieurement à l’avis d’inaptitude », il convenait de se référer aux dispositions antérieures à l’entrée en vigueur de la loi.
Dès lors, et contrairement à ce que soutenait le salarié en l’espèce, l’employeur n’était pas tenu de consulter les représentants du personnel sur les recherches de reclassement et tenir compte des recommandations du médecin du travail quant à des possibilités d’aménagement ou d’adaptation de poste.

Ainsi, pour déterminer les mesures légales applicables et donc l’étendue de l’obligation de l’employeur en cas d’inaptitude médicale, il convient bien de se référer à la date du constat d’inaptitude.

 

ARTICLES EN LIEN

24 Jan: Responsabilité civile des professionnels de santé : les récents rappels de la Cour de cassation

Dans un arrêt du 14 décembre 2022, la Cour de cassation a rappelé qu’un professionnel de santé exerçant une activité privée n’engageait sa responsabilité civile qu’en cas de faute.

24 Jan: Hospitalisation sans consentement pour péril imminent : retour sur la notion de “difficultés particulières”

Dans un arrêt du 26 octobre 2022, la Cour de cassation est venue préciser la notion de « difficultés particulières » en cas d’hospitalisation sans consentement pour péril imminent.

24 Jan: Hospitalisation sans consentement en UMD : précisions quant à l’étendue du contrôle par le juge des libertés et de la détention

Dans un arrêt du 26 octobre 2022, la Cour de cassation a jugé que la régularité et le bien-fondé du maintien d’un patient en UMD ne relèvent pas du contrôle du JLD.

24 Jan: Hospitalisation sans consentement et horodatage des certificats médicaux

Dans un arrêt en date du 26 octobre 2022, la Cour a dû se pencher sur une question relative à l’horodatage des certificats.

24 Jan: Précisions relatives au calcul de la durée des mesures d’hospitalisations psychiatriques sans consentement

Dans un arrêt en date du 26 octobre 2022, la Cour de Cassation a apporté des précisions quant au calcul de la durée des mesures d’hospitalisations psychiatriques sans consentement.

24 Jan: Exposition des salariés à des agents biologiques et obligation de l’employeur en matière de prévention des risques

Dans un arrêt du 7 décembre 2022, la Cour de cassation a dû se pencher sur l’obligation de prévention pesant sur l’employeur en cas d’exposition des salariés à des agents biologiques.